Pour se procurer les ressources financières propres indispensables à la réalisation de ses objectifs, l’Association a reçu, depuis 2009, le soutien de l’Ecole Normale De Musique de Paris – Alfred Cortot.

Celle-ci, sous la direction de l’un de ses plus éminents professeurs, le violoniste Devy Erlih, amoureux de Monceaux et de son église ( dont il vantait avec enthousiasme « l’acoustique rare, qui affine l’oreille du public, tout proche ») a organisé de nombreux concerts dont ses « lauréats » ont été les vedettes, associés à des professionnels français ( dont Anaëlle Tourret et Fabrice Pierre, harpe ; Nicolas Seigle, violoncelle ; François Lazarevitch , musette et flûte baroque), et étrangers (dont Ryo Iijima, flûte traversière ; Aya Kono, Si Li, violon…).

Devenus un « classique » de la saison musicale du Perche, les « Concerts à Monceaux » sont, depuis plusieurs années, le lieu de prédilection de nombreux musiciens, qui y trouvent l’occasion de « rôder » leurs prochains récitals ou de répéter, en public, leur prochain disque ou le programme du concours auquel ils vont participer.

Ce fut le cas du Duo Seigle, qui a profité de l’excellente acoustique de l’église pour « pré-enregistrer » son premier disque, « Sur les routes de l’Est » (Passavent), bientôt repéré par Gaëlle Le Gallic pour sa « Génération Jeunes Interprètes », émission-phare de France Musique.

Ce fut aussi le cas d’Anaëlle Tourret, qui, ayant apprécié « l’acoustique et la qualité d’écoute du public, mélomanes avertis autant que musiciens » y a préparé et répété le Concours international de harpe de Jérusalem, où elle décrocha – excusez du peu ! – le 2ème prix, le Prix de la meilleure interprétation de Féerie : Prélude et danse pour quatuor à cordes de Marcel Tournier et le Prix Aharon Zvi et Mara Propes !

Ce fut, enfin, le cas du Quatuor Stainer , composé de Michaël Seigle et Vincent Soler aux violons, Estelle Gourinchas au violon alto et Nicolas Seigle au violoncelle, avec Fabrice Pierre à la harpe, qui ont commencé à travailler à Monceaux, fin juin 2016, le programme du concert qu’ils ont donné avec très grand succès, le 3 mars 2017, à la Gare Numérique de Jeumont, dans le cadre du premier festival français de harpe, « Harpe en Avesnois » .

 

De gauche à droite : Jean-Paul Laramée, Président de l’Association Patrimoine de Monceaux, Jean Duprey, Président du festival Harpe en Avesnois et Didier Soinard, attaché de presse du festival.

En 2017, le partenariat qui a ainsi brillammant débuté entre « Harpe en Avesnois » et « Concerts à Monceaux » s’est vu concrétisé par un « jumelage musical » consacré par les Présidents des deux Associations, dans l’église de Monceaux, lors du « Concert » du 2 juillet… où le Duo Seigle avait invité ses amis de Concorde des Arts !

Le succès de ce concert moncellien pourrait bien renforcer et prolonger le partenariat puisque les dirigeants Avesnois semblent savourer l’hypothèse d’une Supernovae à 47 cordes… à l’horizon 2019 ou 2020!

Cette extraordinaire aventure, qui voit Monceaux et ses 85 habitants être l’un des premiers partenaires d’un des grands festivals internationaux en France, a été abondamment commentée dans la presse des Hauts de France, notamment dans l’édition du 2 février du supplément Culture-Loisirs de la Voix du Nord.

>> Voir la revue de presse